• Députés et dépités

    Comme l'aurait dit Coluche "C'est pas confondre !". Quoique...

    J'avais peu apprécié le tour que prenait la campagne présidentielle avec cet ancrage à l'extrême-droite et la disparition progressive d'une droite républicaine et démocratique. Certains caciques de l'UMP ont bien essayé de se démarquer en s'auto-proclamant "droite sociale" bien qu'ayant voté avec application tous les textes qui ont vidé le pacte social de la Résistance de toute substance. RIP le gaullisme.
    C'était la veillée funèbre de la droite républicaine.

    Cette campagne des législatives en est l'enterrement et pas de première classe...

     

    Bien qu'étant "viscéralement de gauche", pour reprendre les termes de la murmurante ex première dame, j'ai toujours essayé de faire montre d'objectivité envers une droite où je ne me reconnaissais pas mais qui pouvait à l'occasion faire preuve de quelque grandeur.

    Aujourd'hui, c'est le mépris qui l'emporte. Juste après la nausée.

    On pourrait rire des bons points attribués par Marine le Pen elle-même à Nadine Morano, JF Coppé et bien sûr à l'ineffable Claude Gluant. Heu... pardon, je confonds avec Claude Guéant ! Mais il n'y a là rien de drôle, bien au contraire. Liste noire, bons points... l'extrême droite devenue "républicaine" par la bénédiction de Sarkozy est égale à elle-même.

    Quant à l'UMP... après avoir phagocyté le centre, aujourd'hui inaudible toujours grâce à Talonnettes 1er, elle n'a plus d'autre réservoir de voix que le FN qui bien que s'habillant du doux vocable "Bleu Marine", n'en reste pas moins ce qu'il a toujours été : un parti xénophobe, brutal et qui ne conçoit la démocratie que si celle-ci sert ses desseins. Ce n'est plus un réservoir de voix, c'est Reservoir Dog !

    J'aurais presque envie d'applaudir Marine Le Pen.
    Elle a su mesurer les limites des dirigeants UMP, leurs hypocrisies électoralistes et surtout cette espèce de facilité au renoncement pourvu qu'on soit élu. Elle a misé sur leurs faiblesses, ou pire, sur leur nature profonde. Entendre Nadine Morano déclarer sans aucun état d'âme "Nous partageons les mêmes valeurs" avant de donner une interview au journal Minute en dit long et résume le glissement de cette droite et sur l'état  dans lequel l'a laissée Sarkozy.

    En face, c'est une campagne d'appareil, une campagne sans intérêt ni passion qui, sans l'intervention de la première "dame" de France, aurait tué les électeurs d'ennui. J'ai beau tendre l'oreille, il semble que seules les voix venues de Solferino soient audibles. La députation est un mandat de terrain mais cette centralisation a tendance à le faire oublier.
    En revanche, le parti solcialiste reste cohérent sur la ligne de conduite à tenir en cas de triangulaire et même si ça reste une piètre consolation, ç'aura étét la seule chose rassurante dans dans cette campagne morne.

    Nous sommes tous des dépités de la Nation.

    « Prague : quartier Karlovo NamestiPrague - De Mustek à Narodni »

    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Cémoi49
    Vendredi 22 Juin 2012 à 09:36

    Tu sais quoi, "miss La Cuillère" ???? Je n'ai qu'un mot à te dire .... "BRAVO" !!!!! 

    Tes différents articles me "bottent", un pur régal... Je vais conserver précieusement ce petit coin de la toile dans mes favoris.

    Merci pour ta verve, ta bonne ou mauvaise humeur, tes flêches si bien acérées et gros bisous.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :