• Les joies de l'enfantement

    Je dédie cet article à Phiphine78, avec tous mes voeux pour un accouchement serein.
    Il se peut que le ton de ce billet en heurte certains mais que je les rassure, ça n'enlève rien au fait que j'adore mes minots.
    Cale toi bien Phiphine, c'est parti !Pour une femme à qui on avait assuré que sans un débouchage des trompes, pas de gosses, j'ai fait fort. Après des années de sauts sans parachute, je suis devenue soudain très fertile, au point que je craignais d'attraper un gosse rien qu'en serrant la main d'un mec.

    Ingrid, mon aînée est le fruit de ma 2ème grossesse.
    Les 2 premiers mois furent un véritable cauchemar nauséeux. Je tombais dans les pommes, vlan ! comme ça sans prévenir ! Manque de calcium, de magnésium et que sais-je encore. Quand tout fut stabilisé, que du bonheur. Je devins énorme, passant de 50 à 74 kilos, avec des envies compulsives. Je passais ainsi 7 mois à me goinfrer de rouleaux de printemps que me faisait un ami viet et de frites, par kilo.
    Mais j'avais une de ces patates ! Ma fille aussi qui donnait à mon ventre en pointe de curieux mouvements ondulatoires et qui semblait vouloir avancer plus vite que ne me le permettaient mes jambes.
    Suivie par la médecin de famille, je ne fis connaissance de mon gynéco qu'au terme du 8ème mois : imagine un beau brun, à l'oeil ténébreux et qui aurait été plus à sa place sur un court de tennis à reluquer les loulouttes en jupette que dans un cabinet médical.
    "Tous se passe bien ? - Heu oui.  - Pas de nausée - heu non, pas de nausée. - Bon, on se revoit dans un mois ? - Heu oui, ok" et vlan, 50 balles qui dégagent de mon larfeuille (en 1981, c'était une somme). Escroc !
    Le 18 novembre, sensation bizarre : j'ai envie de péter en permanence ! et pas moyen. J'ai l'impression d'avoir une mega crise d'aérophagie. Direction le cabinet de ma toubib qui me rassure : non je ne vais pas lacher LE PET du siècle mais je devrais accoucher dans la nuit. Et là panique à bord ! "Vers quelle heure ?"
    Car la date est mega importante : à 20h30 il y a France-Hollande, dernier match comptant pour la qualification de la France pour la Coupe du Monde 1982. Et là ça rigole pas ! A l'époque fan de foot, seul la IIIème guerre mondiale aurait éventuellement pu me faire rater un match. Mais elle me rassure, ce ne sera pas avant 00h00. Ouf !
    20h30, mémère est calée devant le match. Et toutes les 5 minutes, ouch ! une contraction. Ah mais non, ça va pas là ! Faut tenir au moins 45mn ! Pourvu que ces cons se qualifient sans prolongations !
    Mais à la fin de la première mi-temps, branle-bas de combat ! Un ami et ma tante me balancent sauvagement dans la bagnole, direction la clinique où j'arrive folle de rage.
    Je suis réceptionnée par une sage-femme adorable à qui je demande : "Y a une télé dans votre salle de travail ?" Non ! je t'en fous ! pas prévu ça ! Et on me colle sur cette table, on me barde de monitorings, on me perce la poche des eaux et... je me retrouve seule comme un con avec ma tante en panique à qui je demande l'heure toutes les 5 minutes. Fin de la mi-temps, le match à du reprendre et moi, je suis toujours là, les pattes écartées, le bide à l'air, ne sachant pas ce qui se passe sur le terrain. Et toujours personne du corps médical !
    Par chance, mon bébé ne semble pas du tout préssé de sortir.
    Finalement mon bellâtre de gynéco va ramener son groin vers 23h30 pour découvrir que ma fille s'est mise en position latérale (surement fatiguée de l'attente elle-aussi). Direction le bloc opératoire, anesthésie générale. Je me réveillerai quelques instants,le temps de gueuler "Vous allez me faire chier longtemps ?" (Toujours aimable....)
    Le lendemain je serrais ma fille dans mes bras. Deux jours après, je montais en soins intensifs où je faisais le plus beau festival d'infections suite à une occlusion : le ballâtre n'avais pas bien remis la tuyauterie, il y avait des noeuds.

    Pour Nicolas, j'ai fait au plus simple : aucune consultation médicale. A part moi, nul ne savait que j'étais enceinte. Un de mes collègues m'a juste conseillé d'arrêter le Perrier "Tu as pris un peu d'estomac". Tu m'étonnes, à 8 mois 1/2 de grossesse ! Il y a les autres collègues féminines qui elles me conseillaient leur régime magique. T'as raison ! Tu m'emm... la pin-up des congés payés! Passage à la boîte d'intérim pour déposer mes feuilles d'heures "Revenez dans 8 jours pour votre chèque". Sur que tu vas me revoir.
    Deux jours après, 5h du matin je réveille une amie
    "Merde, t'as vu l'heure ????!!! - Oui ma chérie mais faut absolument que tu m'emmènes à la clinique - T'es malade ? - Non je vais accoucher - Mais faut être enceinte pour ça ! - Bon pose pas de question! je suis enceinte à terme et ça pousse."
    Moins d'une heure après, je me pointe en sprintant sur mes escarpins à hauts talons, presque la robe entre les dents, au comptoir de la maternité :
    "C'est pourquoi ? - Pour accoucher" et là, la nana se penche au dessus de la banque, me regarde des pieds à la tête et me sors "Grossesse nerveuse ?". Ma copine n'ose plus respirer : elle connait Ironspoon dans ses meilleurs moments et ça sent la poudre. Faut dire qu'avec mon petit 44, mes escarpins blancs et ma petite robe d'été, je n'ai rien de la paturiente. Et là, ma patience et mon élégance coutumière m'abandonnent :
    "Ecoutez-moi bien, à moins de m'appeler Sigourney Weaver et d'être en cloque d'Alien, si vous ne m'allongez pas dans les 5 minutes, je mets bas ici devant votre comptoir, ok ? - Catheriiiiiiiine !, hurle l'aide soignante pendant que je sens tout un tas de mouvements suspects dans mes muscles intimes. Arrive une grande black, qui me demande mon dossier médical. "J'en n'ai pô!". Effaremment ! Comment peut-on ne pas voir un toubib quand on est en cloque ?!! Quoique à son regard, je sens qu'elle doute encore de la réalité de ma grossesse. Par mesure de prudence elle m'emmène dans la salle de travail que je connais, et là pas de doute, non seulement je suis bien enceninte jusqu'au sourcil mais c'est tout juste si mon bébé ne la regarde pas dans les yeux.
    Arrive l'aide soignante du début (tu suis toujours ?) qui tient sa revanche en secouant son nez à piquer les gaufres elle annonce "J'ai appelé les pompiers car on ne peut pas l'accepter sans dossier" Je suis sure qu'elle a joui. La fameuse Catherine lui explique que la tête...blabla, "C'est le réglement, les pompiers seront là dans 5 minutes". Et soudain, Catherine voit mes cicatrices, car ce n'est plus un bide que j'ai, mais une vraie carte d'état-major. Apprenant que ce sont les traces d'une césarienne, une occlusion et une pose de drains qui ont eu lieu ici, elle prévient par téléphone l'obstétricien de garde, le docteur A. Elle m'a résumé la partie de la conversartion que je n'ai pas entendue
    "Vous dites une occlusion ? - Oui docteur - Ce ne serait pas une petite brune avec une grande gueule - Heu oui effectivement - Demandez lui si son prénom c'est M... - ...Oui, c'est elle - Alors renvoyez les pompiers, vérifiez que l'anesthésiste est dispo, j'arrive et vous inquiétez si elle râle, elle est toujours comme ça".
    J'accouchai en 45 minutes. Une semaine plus tard, je quittais la clinique avec mon petit Nico, une ordonnance pour la pilule et roule ma poule vers al boîte d'intérim pour récupérer mon chèque "OH! mais vous avez maigri ! - (sourire) vous avez remarqué ? - Oui ça se voit un peu. Vous avez fait un régime ? - Non madame, j'ai accouché" C'est ainsi que j'ai su que je n'auraispas eu cette mission si j'avais dit être enceinte.

    13 mois plus tard, j'accouchais de Kevin en 20 minutes ! Le gynéco avait oublié de me préscrire une pilule plus fortement dosée ! Ayant eu mes règles, je ne m'étais pas inquiétée mais en fait, quand j'ai appris mon état j'en étais à 4 mois 1/2 !
    Dans la foulée de l'accouchement, avec la complicité du toubib (j'en avais changé), j'ai fait fermer ma maternité et n'ai gardé que la salle de jeux ouverte ! 6 grossesses, 3 accouchements, stop !
    La conclusion c'est que chaque fois qu'un toubib a mis son nez dans mes petites affaires, ça a été lé bordel !
    Alors garde le moral ma ch'tite Phiphine !
    « Lettre à SarkozyBonjour à tous »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    3
    Vendredi 25 Décembre 2009 à 13:17
    Quelle épopée. Perso, j'ai passé deux grossesses semaine à l'hosto dans mes premiers mois. Je vomissais tout ce que j'avalais (liquide solide tout y passait). En état de faiblesse extrême mon homme m'a virée aux urgences. Nourrie à la perfu pendant deux semaines. Miam miam.
    Depuis ça va mieux, j'en suis à ma 21ème semaine et je commence à sentir bouger notre petit bonhomme.
    J'espère avoir un accouchement plus cool que les tiens. En tout cas tu as eu beaucoup de courage.
    Big bizzzz.
    2
    Furiae Profil de Furiae
    Mercredi 23 Décembre 2009 à 18:01
    Eh bé, ya eu de l'action ! Bonnes fêtes et joyeux Noël !
    1
    phiphine 78
    Mardi 22 Décembre 2009 à 18:37
    Effectivement ca a été rudement mouvementé, ben moi  4 grossesses 2 IVG, un par médocs l'autre par insufflations, cause fécondation malgré pilule et soucis de santé donc trop de risques pour bébé, mais là c'est ma 2 eme grossesse à terme et je ne suis toujours pas arrivée à savoir où se trouvaient les joies de la grossesse...En effet pour Dorian et ma future petite Lauryanne, pas une nuit de 8 heures consécutives, réveil toutes les heures ou 2, et ce depuis le 1 er mois, anémie la totale mini 1 gerbouille par jour je ne peux rien avaler PAS UN médoc pour fer ou vitamine ne passe pas 1 jus de fruit rien l'eau ca va et encore si c'est de la minérale prière de choisir lol...Le dos en vrac comme jamais, bref la totale aussi, bon ceci dit pas à ton niveau visiblement, et après ces abrutis de médecins me sortent la fleur aux dents "mais mme P....vous avez un corps à faire des bébés" pov'cons va, le corps peut être mais pas l'organisme en tout cas....Ne me juge surtout pas, mais je puis t'assurer qu'à ce jour ma grossesse je le viverais mieux quand bébé lily sera sortie, je n'arrive pas encore à 8 mois à savoir où trouver la joie de porter un enfant il ny'a que quand elle me donne des tiits coups que je souris car elle me rappelle sa présence...
    Merci pour cet article en tout cas..Gros bisous à toi et bonne soirée....je penses bien fort à toi, et bravo pour tout ce courage...Quand bébé pointera son nez vous sera informés sans soucis....
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :